jeu. Déc 3rd, 2020

Madagascar riche mais peuple pauvre !

Bonjour à tous !

Ce blog veut montrer un autre visage de Madagascar. Encore un autre blog, me direz-vous ! Oui, bien sûr !

Celui-ci sera totalement subjectif, sans langue de bois : son contenu peut déranger gravement les « bonnes consciences » et les « censeurs de tous poils » ou « les pensées uniques ».

Abstenez-vous, vous allez vous faire mal pour rien !

Je veux diffuser ici certains articles qui montrent que notre pays est en train de changer lentement mais surement malgré les corruptions et les turpitudes des politichiens aussi égoïstes les uns et les autres.

Je vais de suite dans le vif du sujet : je fais partie de ces personnes qui ont été conçues dans la ferveur du 14 octobre 1958 ! Puis né quelques mois après l’indépendance !

N’étant pas bien né au final, né dans une famille, qui a bien profité de la vie et des fastes de l’indépendance, s’est retrouvée rapidement ruinée : et j’ai donc eu la misère en héritage. Il a fallu se reconstruire, démarrer dans la vie avec des dettes comme notre pays !

Je ne me plains pas : d’autres compatriotes vivent plus mal que moi. J’ai essayé tant bien que mal de vivre/survivre. On m’a mis un passeport français entre les mains avec ordre de « se rapatrier » en France, en 1974 ! Je n’ai rien demandé, j’étais bien dans mon village à cultiver le riz et mon potager ! J’ai mis plus de 20 ans à m’en remettre.

Aujourd’hui, je suis rentré au pays en 2009 après une activité ou plusieurs activités professionnelles en France.

Je vis entre Antananarivo et mon village à moins d’une heure de TANA, avec ma nouvelle famille. Oui, j’ai tout quitté de ma vie là-bas et je suis rentré tout seul, sans personne pour m’attendre ou m’offrir une assiette de riz. Heureusement qu’il y a des gargotes partout et la bière THB !!

Restez en ligne ! Tout est à faire ici ! Pourquoi laisser seulement les vazahas tout envahir/investir ? Et nous, nous faisons quoi ? Qu’est ce que nos dirigeants ont réalisé pour ce pays depuis le 26 Juin 1960 ?

Tino « le vazaha kely »